Paul, il a un bon job. Un bon poste.
Il a bossé vachement d'années, il a enchaîné les stages et les cours d'économies et de finances pour apprendre à devenir un bon enculé.
Le meilleur.

Il a apprit à ... Bosser pour une banque d'affaire.
A devenir en quelque sorte "acteur de la crise économique mondiale".

Il le sait ce con, mais il s'en fout. Son problème existentiel du jour, c'est "quelle sera la couleur de mon sofa?" .

Paul, il n'est pas né d'une famille modeste.

Déjà dans le berceau, il avait un lingot enfoncé dans le cul.

Il était fabriqué par des connards pour devenir un connard.

Règle n°1 : mépriser les gueux.

Règle n°2 : afficher sa richesse.

Règle n°3 : ne jamais déroger aux deux premières règles.

Paul a suivi à merveille le cul doré de sa famille de petit bourgeois en respectant les règles de castes.

"Que tu es gueux! Que tu es excrément!" Paul en a fait sa religion.

Pourtant, Paul n'a aucun mérite.

C'est un petit fils de pute,riche rentier dont l'avenir était assuré quelques soient ses choix.

Il aurait pû être un chômeur riche.

David, quant à lui, il aurait bien aimait être riche. Naître sous la noblesse apparente d'un Paul. Mais non.

Fils de fonctionnaire, conducteur de super-cinq, il ne pouvait pas rivaliser avec le riche détenteur des clefs d'une Audi TT .

Lorsque Paul obtient son premier pass pour le monde du fric; David est prêt à le sucer pour faire partie de cette "caste" .

Lorsque Paul épouse une barbie, David prend la poupée générique.

Lorsque Paul achète une grosse maison, David loue un moyen- appartement.

La vie de David ne sera jamais celle de Paul.

Mais les deux auront ce point commun : le superficiel. La suffisance. La connerie, et au bout du compte : une vie de con, avec des gens cons, des enfants cons et une mort tristement ordinaire.

Rien n'aura servi à David de pomper Paul pendant toutes ces années, et rien n'aura servi à Paul de le laisser faire.

Ces deux cons auront 87 ans et des arrières petits-enfants sans être parvenus à comprendre pourquoi.

Leur vie n'aura été que le résultat d'une suite de choix qui ne leur appartient pas.

Riche et con. Le con enviant le riche, le riche ne se rendant pas compte de sa connerie.

Et la même fin pour les deux: un caveau. Sans reste mémorielle.

Dans 30 ans, personne ne se souviendra ni de Paul ni de David.

Sauf peut-être l'arrière petit-neveu, anticonformiste, curieux de ses origines et qui lors d'un repas de famille demandera, le doigt pointé sur une vieille photo :
"Mais c'est qui ce trou du cul? "

Clément PAQUIS ©2010